Tataouine

Bien connue pour son expression « aller à Tataouine » (aller se perdre au bout du monde), cette petite ville de 60 000 habitants et située à environ 500 km de Tunis offre l’occasion idéale d’effectuer un voyage hors des sentiers battus. Que ce soit pour se faire un gommage au hammam traditionnel ou tout simplement pour le plaisir de flâner dans les rues de la ville, Tatouine saura séduire ses visiteurs à travers toute son authenticité.

Tataouine est aussi réputée pour ses pâtisseries gourmandes, entre autres les cornes de gazelles qu’il faut absolument goûter. Ne manquez pas non plus de contempler les œuvres architecturales des ksour du sud.

Un peu d’histoire

Signifiant littéralement « source d’eau » en berbère, la ville se dénommait autrefois « Foum Tataouine ». Son origine découlait d’un mélange de civilisations puniques, romaines, berbères et arabo-musulmanes. Les Arabes venus de l’Orient, qui se sont installés dans les plaines près des puits, pratiquaient largement des activités agricoles. Les ksours qu’ils avaient construits leur permettaient de conserver tous les produits de leurs récoltes.

Tataouine, fortement marquée par la colonisation, représentait à l’époque l’ancien bagne militaire français. Durant l’occupation française qui commença en 1882, les colons construisirent un bureau de renseignement et un souk que l’on décida d’ouvrir dix ans après. Cela aurait entraîné l’ouverture de nombreux marchés au sein de la ville, étant donné qu’il était difficile pour les habitants de s’approvisionner à leur guise. En 1898, Tataouine se voit ainsi se doter de nombreux édifices, y compris une mosquée, un abattoir municipal, une halle aux grains et un étal de boucherie. S’y ajouteront quelques temps après un bureau de poste, une infirmerie et une école primaire.

Aujourd’hui

Tataouine se reflète indéfiniment par son charme typique. Touristiquement parlant, la ville indique un excellent point de départ pour réaliser le circuit des ksours, organisé chaque lundi et vendredi de la semaine. Changement de décor à présent sur le marché de plein air, où s’entasse une multitude de denrées alimentaires, des variétés d’épices, des tissus multicolores, du henné, de bijoux mais aussi de magnifiques produits artisanaux… Chaque année au mois de mars, Tataouine accueille le festival international des ksours sahariens, marqué par des festivités animées par des troupes artistiques. On ne se lasse pas d’admirer de nombreux spectacles équestres ainsi que diverses manifestations culturelles.

Cet endroit a d’autant plus inspiré le réalisateur de cinéma George Lucas pour son nom : Tatooine, désignant une planète légendaire qu’il ne manquera pas de mentionner dans son script.

Principaux lieux d’intérêts

La ville de Tataouine se distingue pour ses nombreux sites imprégnés de mythes et de légendes. Cette petite bourgade impressionnera sans doute les visiteurs en quête de nouvelles curiosités.

La réserve naturelle d’Aïn Dkouk ou Oued Dkouk

Étendue sur une superficie de 5 800 ha, l’oued Dkouk décrit un site naturel situé au sein du gouvernorat de Tataouine. Cet espace naturel se dote d’une riche faune et flore, propice aux excursions touristiques et scolaires. Le parc a été classé comme réserve naturelle en 2009 et fait partie des sites Ramsar de Tunisie depuis le 2 février 2012.

La mosquée aux sept dormants

Ce lieu de culte datant de 1920 se distingue en particulier pour son minaret légèrement incliné. De l’intérieur, on peut contempler les murs ornés d’une multitude de bas reliefs. La légende rattachée à l’endroit révèle l’histoire de 7 chrétiens cachés dans une grotte où ils se seraient endormis près de 400 ans. Les sépultures situées à côté du site ont ainsi été considérées comme les tombes des sept dormeurs.

La ville de Ghomrassen

Selon la légende, Ghomrassen serait dérivé d’une combinaison de deux noms, Ghom et Rassi. Édifiée au-dessus d’une ancienne oasis, la ville constitue maintenant une municipalité de Tataouine. On y remarque surtout des traces de nombreux vestiges durant l’occupation romaine. Se subdivisant en plusieurs quartiers, ceux d’Ennasr, d’Ennakhil, d’Anouar et d’El Jadid méritent amplement une visite.

Les villages

Au cours du périple, la découverte de deux villages à Tataouine offre un décor impressionnant. Rien que par leur charme, le détour en vaut absolument la peine.

Douirat

Ce village se divise généralement en deux parties, incluant :

- Le village ancien, comportant de nombreuses petites demeures appelées « ghiren », signifiant « grotte ». Les habitants troglodytiques vivaient principalement de la culture de blé, d’olives et de dattes. On dit qu’à l’époque, ces habitations souterraines ont été construites afin d’accomplir plusieurs fonctions. Laissées à l’abandon, il ne reste plus que quelques vestiges ayant marqué l’ancienne culture berbère ;

- Le nouveau village, situé en contrebas de la montagne, comporte actuellement des logements contemporains. Il semble toujours raviver l’image de l’antique habitat qui le surplombe.

Chenini

Distant de 20 km par rapport à Douirat, le village de Chenini présente une allure pittoresque. Ses types d’habitations dévoilent les mêmes traits que celui de son homologue. Il s’élève en hauteur en longeant une falaise jusqu’au sommet, qui dévoile à son tour les ruines d’un ksar.

Petit saut en direction des ksars

Au sein même des villages de Tataouine, on aura l’occasion de découvrir de superbes ksars. Parmi eux, on distingue le ksar ouled Soltane, partiellement habité. C’est le plus beau ksar à grenier. Entièrement rénové vers la fin des années 1990, il comporte deux cours datant du 15e et 19e siècles ; le ksar ouled Debbab désigne aujourd’hui un complexe hôtel-musée ; le ksar Hadada doit sa réputation pour avoir servi de lieu de tournage du premier épisode de « Star Wars » en 1997, intitulé « la menace fantôme ». Depuis, l’emplacement a été aménagé en maison d’hôtes. En allant plus au sud se dresse le ksar Megabla qui abrite un musée. On y retrouve une collection de fossiles et des représentations de dinosaures ayant vécu dans la région.

Informations pratiques

Climat

Tataouine connaît un climat désertique, selon la classification établie par Köppen-Geiger. On y observe surtout un très faible taux de pluviométrie avec des précipitations annuelles à 134 mm. Au cours de l’année, la température moyenne s’élève à 20 °C et peut atteindre 29 °C en Juillet. Le mois le plus froid se situe au mois de Janvier, période à laquelle les journées s’annoncent très glaciales.

Comment s’y rendre ?

L’avion demeure le moyen de transport le plus rapide et confortable, mais les tarifs semblent assez coûteux. Des agences proposent des prestations permettant de regagner la ville de Tataouine, en opérant sur l’axe ferroviaire principal Tunis-Sousse-Sfax-Gabès-Tataouine. Il s’agit d’une liaison trains-bus dont la totalité du voyage prendra environ neuf heures de parcours.

Comment se déplacer ?

À Tataouine comme à Tunis, le taxi et le bus désignent les plus populaires des transports en commun. La différence réside au niveau des prix. Sinon, on peut procéder à la location de voiture pour visiter les différents sites.

Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Monique de "Agence Alyssa". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
(+216) 75 674 493